annuaire référencement outils

Vieux quartiers ou moderne

Quartiers du Caire
Le Vieux Caire (quartier copte)
Cette partie du Caire, pleine de charme, est le plus ancien quartier de la ville. La forteresse de Babylone, construite par les romains, s'est transformée très tôt en enclave chrétienne et juive. Ce quartier renferme la synagogue Ben Ezra, fondée en 1115, et comptait une vingtaine d'églises dont il ne subsiste que cinq dont, notamment : l'église suspendue consacrée à la Vierge, probablement l'église chrétienne la plus ancienne en Égypte, datant du IVe siècle, l'église Saint-Serge construite à la fin du IVe siècle au dessus d'une crypte où la sainte Famille se serait réfugiée lors de la fuite en Égypte et l'église Sainte-Barbara, du nom d'une jeune fille martyrisée pour avoir essayer de convertir son père au christianisme, reconstruite au XIe siècle. Il est à noter que les églises ne se distinguent pas par leur ornementation extérieure mais par un intérieur très riche.
Le Caire moderne
Le centre ville inclut les îles de Roda et de Gezira, et au sud-est, Mounira.
Le secteur autour des jardins d'Ezbekiyyeh était autrefois un vaste lac qui fut asséché en 1837. Le secteur a été construit selon un plan strict, fait sous les instructions du Khédive, qui aimait les divertissements ; il y avait à l'origine un cirque, un théâtre et un opéra dans les jardins méridionaux, où subsiste de nos jours un théâtre de marionnettes. La poste centrale, place Ataba, comporte un musée postal au 1er étage. À l'est de la place Ataba, la rue Muski mène dans le Khan El-Khalili.
Au nord de la place Ataba s'ouvre la rue Clot Bey (rue Khulud), du nom d'un médecin français, Antoine Clot qui fut l'un des fondateurs de la médecine moderne en Égypte. Plus au nord, on distingue le minaret de la mosquée Al-Fath. Cette rue passe sous des voûtes en pierre avant d'arriver à la place Ramsès devant la gare, construite en 1856, transformée selon le modèle arabe en 1892 et restaurée la première fois en 1955. C'est l'un des quartiers du Caire moderne qui furent urbanisés le plus tôt après la seconde moitié du XIXe siècle. Le secteur est connu sous le nom « Bab el-Hadid » (porte ferroviaire) avec une statue colossale de Ramsès II, laquelle a été déplacée vers le futur Grand musée égyptien à Gizeh. Dans le musée national égyptien des chemins de fer, à l'extrémité est de la gare, on trouve quelques vieilles locomotives en excellent état de conservation.
L'île de Gezira est demeurée inhabitée jusqu'au milieu du XIXe siècle. Après le développement du centre moderne du Caire, Mohammed Ali a construit un palais à son extrémité nord ; ce quartier s'appelle maintenant Zamalek. Plus tard, le Khédive Ismaïl a construit un grand palais au centre de l'île avec un immense jardin, et une jetée pour faciliter l'accès. À cette époque, les jardins étaient riches d'une flore exotique et d'une collection d'animaux africains.
Le dernier sultan Ayyubide transféra le siège du gouvernement sur l'île et construisit une nouvelle forteresse avec palais et casernes aux environs de 1240, mais les Mamelouks ramenèrent par la suite le gouvernement à la Citadelle.

Retour Menu Egypte


200 468 200 468 200 468 txt 468 728 728 728 728 468 300 300 300 468 250 150 468 250 468 250 468 250 728 728 250